La Déferlante : du journalisme à l’aventure entrepreneuriale

La revue féministe rassemble près de 7 000 abonné·es et ses deux premiers numéros ont été vendus à une moyenne de 10 000 exemplaires en librairie.

La Déferlante : du journalisme à l’aventure entrepreneuriale — 4/5

— 9 décembre 2021
Lucie Geffroy, Marion Pillas, Marie Barbier et Emmanuelle Josse, cofondatrices de La Déferlante.

Le pre­mier numéro de la revue a vu le jour en mars 2021 grâce à une cam­pagne de crowd­fund­ing. La Défer­lante compte sur sa com­mu­nauté active et une ligne édi­to­ri­ale engagée. Ren­con­tre autour du pro­jet de qua­tre cofon­da­tri­ces qui ont expéri­men­té leur pre­mière aven­ture entrepreneuriale. 

Notre série (Ils ont lancé leur média en 2021, ils racon­tent) : les jour­nal­istes qui s’allient pour créer un média… On a donc pen­sé au duo d’Epsiloon mais avez-vous enten­du par­ler du quatuor de La Défer­lante ? Une newslet­ter et depuis mars 2021, une revue fémin­iste. À l’origine du pro­jet, Emmanuelle Josse, Marie Bar­bi­er, Lucie Gef­froy et Mar­i­on Pil­las. Dans ce qua­trième épisode de la série, Per­rine Daubas, la direc­trice exéc­u­tive, nous racon­te l’aventure de La Déferlante.

Penser une newslet­ter et une revue papi­er requiert des com­pé­tences divers­es et du temps. Quelles ques­tions stratégiques vous êtes-vous posées avant de vous lancer ? 

On s’est appuyées sur nos atouts : qua­tre pro­fes­sion­nelles des médias, dont trois jour­nal­istes, et un pro­jet ambitieux avec un objec­tif pré­cis : pren­dre du recul sur les débats fémin­istes. Au départ, nous devions aller chercher nos pre­miers lecteurs et lec­tri­ces alors on a créé un groupe Face­book pour les gens intéressés par le pro­jet, on est allé chercher notre réseau proche puis le bouche à oreille à pris le relais. Il y a une forte demande sur les sujets qui touchent au fémin­isme. Le tout était de car­togra­phi­er notre com­mu­nauté pour savoir sur quelles per­son­nes nous pou­vions nous appuy­er afin d’élargir notre audi­ence. Je pense à des fig­ures fortes, des per­son­nal­ités, que l’on retrou­ve dans la revue. La ques­tion était : est-ce qu’on peut se per­me­t­tre de pro­pos­er un objet de qual­ité tel que la revue ? Par quels canaux de dif­fu­sion devons-nous passer ? 

Vous avez lancé une cam­pagne de crowd­fund­ing en novem­bre 2020, en quoi a‑t-elle été bénéfique ? 

Cette cam­pagne par­tic­i­pa­tive a été com­plète­ment déci­sive dans le pro­jet. C’est à la fois une manière de tester sa fais­abil­ité, de voir s’il y a une audi­ence pos­si­ble, et de con­naître le noy­au dur de notre audi­ence. Le crowd­fund­ing nous a aus­si per­mis de com­mu­ni­quer à un pub­lic plus large. L’avantage surtout est qu’il per­met de se créer une base de don­nées et de repér­er qui sont les donateur·ices les plus important·es et les poten­tiels futurs parte­naires et investisseur·euses.

Aus­si, l’apport indé­ni­able de cette cam­pagne réside bien sûr dans sa rai­son pre­mière, le finance­ment, soit env­i­ron 260 000 euros. Notre cam­pagne nous a per­mis de démar­rer la pre­mière année d’ex­is­tence de La Défer­lante sere­ine­ment. Je suis cer­taine que si nous avons pu ven­dre plus de 20 000 exem­plaires du numéro 1, et attein­dre aus­si vite la barre des 7 000 abonné·es à la revue papi­er, c’est en par­tie grâce à cette cam­pagne de finance­ment participatif.

Si je devais don­ner des con­seils avant de se lancer dans une cam­pagne de crowd­fund­ing, je dirais que cela se pré­pare. Il faut rechercher ce qui existe, ce qui se fait, et les méth­odes qui fonctionnent. 

À quel point vous êtes-vous appuyées sur votre communauté ? 

Depuis la sor­tie du pre­mier numéro en mars dernier, nous organ­isons des événe­ments pour aller à la ren­con­tre de nos lecteur·ices. Il y a les ren­con­tres en librairie qui sont très rich­es, puisque nous échangeons autour de dis­cus­sions informelles avec les lecteur·ices et les libraires qui vendent notre revue. C’est un moment où nous pou­vons glan­er des idées de sujets, où des per­son­nes vien­nent nous pro­pos­er des sujets. Et puis nous organ­isons des événe­ments en ligne. Là, l’ob­jec­tif est de touch­er une audi­ence plus large. Comme dans la revue, nous invi­tons des fig­ures con­nues du fémin­isme qui, elles-mêmes, ont un impact et touchent leur pro­pre communauté. 

Christelle Perrin pour Médianes

Chris­telle Per­rin pour Médi­anes, le studio.

Quels con­seils don­ner­iez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer un média ?

Je suis con­va­in­cue que la manière dont on s’en­toure est une des clés. Il faut con­naître les méth­odes qui fonc­tion­nent et les bonnes pra­tiques. Le papi­er est un secteur dif­fi­cile mais on peut lancer un média si l’on va voir les bonnes per­son­nes, des professionnel·les qui peu­vent nous con­seiller. La Défer­lante en est un exem­ple, les cofon­da­tri­ces ont défi­ni une ligne édi­to­ri­ale claire avec une com­mu­nauté struc­turée et iden­ti­fiée mais elles ont pris le temps de bien s’entourer. Il ne faut pas vouloir brûler les étapes et garder une forme d’humilité.

N.D.L.R. : Médi­anes, le stu­dio, accom­pa­gne La Défer­lante dans son développe­ment stratégique.

N.D.L.R. : cet arti­cle a été édité le 20 jan­vi­er 2022, nous y avons notam­ment ajouté des élé­ments chiffrés.

Vous pouvez réutiliser cet article

Tous nos contenus sont publiés sous licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 3.0 FR), ce qui signifie que vous êtes libre de les réutiliser et les adapter, à la condition de ne pas en avoir une utilisation commerciale, de citer le contenu original et d'ajouter un lien vers celui-ci.

À propos de Médianes

Médianes est un centre de ressources à but non lucratif dédié aux médias, à celles et ceux qui les fondent, et à celles et ceux qui les font. Nous proposons gratuitement des articles et des ressources dédiés aux médias, de la création à la gestion quotidienne. Nous accompagnons également, via notre studio, de nombreux médias en France et en Europe dans le développement de leurs projets.

Découvrir Médianes, le studio

À lire aussi

Créer l’adhésion

L’adhésion comme modèle éditorial et économique nécessite de convertir les lecteur·ices en véritables membres. The Bristol Cable mobilise son audience, Scalawag organise des évènements pour sa communauté, Zetland fait de ses adhérent·es des ambassadeur·ices du média....