La place du public renforcée dans le processus éditorial

Cet article a été publié dans la newsletter de Médianes le 16 septembre 2021.

La place du public renforcée dans le processus éditorial

— 16 septembre 2021

Cha­cun son rôle, cha­cun son méti­er. Le fait d’intégrer pleine­ment le pub­lic au proces­sus édi­to­r­i­al a longtemps été vu comme une incon­gruité par les jour­nal­istes. Les lecteurs et lec­tri­ces répon­dent aujourd’hui au manque de trans­parence des rédac­tions par un fort désamour, con­staté aus­si bien sur les réseaux soci­aux que dans les man­i­fes­ta­tions. Une défi­ance par­fois si vir­u­lente qu’elle nous soulagerait presque que la rédac­tion reste entre nos mains. Et si on essayait d’ouvrir les portes, que se passerait-il ?

C’est une pre­mière pour un média en France : HugoDécrypte a inau­guré cette ren­trée une con­férence de rédac­tion heb­do­madaire en direct sur Twitch. Le média, fondé il y a 6 ans par Hugo Tra­vers, 24 ans, s’est étof­fé d’une dizaine de jour­nal­istes et pro­pose désor­mais chaque semaine la pos­si­bil­ité de revenir sur ses derniers con­tenus et décider avec son audi­ence des prochaines vidéos. Une véri­ta­ble occa­sion d’échanger directe­ment avec la jeune et tal­entueuse équipe, qui compt­abilise plusieurs cen­taines de mil­liers d’abonné·es sur YouTube, Insta­gram et Twit­ter. Bravo !

Cap­ture d’écran de la chaîne Twitch d’HugoDécrypte.

 

Échang­er pour com­pren­dre, mais aus­si don­ner les clefs pour par­ticiper. Il y a un an déjà, la jour­nal­iste Aude Favre, créa­trice de la chaîne YouTube d’investigation Aude WTFake (plus de 86 000 abonné·es) lançait la pre­mière rédac­tion col­lab­o­ra­tive anti-fake news de France. 1000 per­son­nes se sont ain­si retrou­vées sur un serveur Dis­cord pour pren­dre part aux enquêtes et appren­dre à démêler le vrai du faux. Cette dimen­sion par­tic­i­pa­tive a fait du chemin : grâce à une étude menée en col­lab­o­ra­tion avec 50 citoyen·nes, Aude Favre et le jour­nal­iste Syl­vain Lou­vet ont pu met­tre au jour les cir­cuits opaques de finance­ment du com­plo­tisme dans un doc­u­men­taire réal­isé pour France 2.

Faire une place à la table de la rédac­tion et, en plus, en faire son mod­èle économique, c’est le choix fait par le média bri­tan­nique Tor­toise. Celui qui prône un jour­nal­isme plus lent et plus con­scient, a adop­té dès son lance­ment en 2018 le mod­èle économique de l’adhésion. Sa sig­na­ture ? Les ThinkIn « des con­ver­sa­tions en direct et non scé­nar­isées tenues dans la salle de rédac­tion aux­quelles vous pou­vez par­ticiper et vous exprimer, en per­son­ne ou en ligne». Les mardis soir, la rédac­tion de Tor­toise ouvre d’ailleurs ses portes pour per­me­t­tre à ses mem­bres d’échanger et de pro­pos­er directe­ment des sujets aux jour­nal­istes. Résul­tat 3 ans après son lance­ment ? Tor­toise compte 130 000 mem­bres, en inclu­ant les mem­bres payants et les mem­bres en péri­ode d’essai. Comme quoi, ça paye.

 

Cap­ture d’écran du site inter­net de Tor­toise.

Vous pouvez réutiliser cet article

Tous nos contenus sont publiés sous licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 3.0 FR), ce qui signifie que vous êtes libre de les réutiliser et les adapter, à la condition de ne pas en avoir une utilisation commerciale, de citer le contenu original et d'ajouter un lien vers celui-ci.

À propos de Médianes

Médianes est un centre de ressources à but non lucratif dédié aux médias, à celles et ceux qui les fondent, et à celles et ceux qui les font. Nous proposons gratuitement des articles et des ressources dédiés aux médias, de la création à la gestion quotidienne. Nous accompagnons également, via notre studio, de nombreux médias en France et en Europe dans le développement de leurs projets.

Découvrir Médianes, le studio

À lire aussi

Créer l’adhésion

L’adhésion comme modèle éditorial et économique nécessite de convertir les lecteur·ices en véritables membres. The Bristol Cable mobilise son audience, Scalawag organise des évènements pour sa communauté, Zetland fait de ses adhérent·es des ambassadeur·ices du média....