Media Crash, un documentaire de Valentine Oberti et Luc Hermann

Quelques chiffres : en France, 9 milliardaires détiennent plus de 90% des grands médias. En 2019, 16 millions d’euros ont été attribués au seul groupe de Bernard Arnault, soit 20% de l'enveloppe des aides à la presse. 

« Media Crash » : et après ? — Rencontre avec Valentine Oberti

— 16 février 2022
Extrait du film "Media Crash, qui a tué le débat public ?" © Mediapart / Premières Lignes

Au ciné­ma le 16 févri­er, le doc­u­men­taire Media Crash, ils ont tué le débat pub­lic est le fruit d’une col­lab­o­ra­tion entre Medi­a­part et Pre­mières Lignes. Entre affaires et témoignages, Valen­tine Ober­ti et Luc Her­mann veu­lent mon­tr­er les agisse­ments de grands action­naires de presse, comme Vin­cent Bol­loré ou Bernard Arnault, et des intérêts privés sur l’information. À par­tir de ce con­stat, la jour­nal­iste Valen­tine Ober­ti analyse l’état de l’écosystème médi­a­tique actuel et explore les pistes de solutions. 

Vous avez pro­duit ce doc­u­men­taire dans des délais assez courts, com­ment l’avez-vous pen­sé et construit ?

Valen­tine Ober­ti : Il y a treize ans, Medi­a­part s’est créé en par­tant déjà du con­stat de la con­cen­tra­tion des médias. Con­cer­nant le doc­u­men­taire, cela fai­sait un peu plus d’un an que nous avions ce pro­jet et Michaël Haj­den­berg du pôle enquête de Medi­a­part voulait en réalis­er un sur le sujet. Nous nous sommes asso­ciés à Pre­mières Lignes et l’avons com­mencé en sep­tem­bre dernier, c’est donc une pro­duc­tion de six mois de travail.

Le but n’est pas de mon­tr­er ou dénon­cer, mais plutôt de faire une démon­stra­tion de ce qu’il peut se pass­er en couliss­es, de révéler des pra­tiques, des pres­sions de la part de patrons de presse sur des jour­nal­istes et ain­si évo­quer la cen­sure et l’autocensure que cela peut engendrer.

Dès les pre­mières min­utes, le doc­u­men­taire annonce : « il y a ce que vous voyez, ce que cer­tains souhait­ent que vous voyiez, et que vous ne voyez pas ». Pour­tant vous avez dit au micro de l’Instant M sur France Inter : « il n’y a pas de main invis­i­ble », pou­vez-vous préciser ?

Je réfute le terme de main invis­i­ble. Dans les actions de patrons de presse, tout est vis­i­ble, mais ils agis­sent dans l’ombre. Notre objec­tif avec ce doc­u­men­taire est juste­ment de met­tre en lumière la manière dont ils peu­vent faire pres­sion sur des jour­nal­istes quand ils sor­tent des infor­ma­tions compromettantes. 

Le doc­u­men­taire est découpé en trois par­ties : les incen­di­aires, les bar­bouzes et les com­plices. Les pres­sions ont lieu à plusieurs niveaux. L’étau se resserre autour des journalistes ?

Plus les médias sont con­cen­trés, plus l’étau se resserre. Par exem­ple, avec l’OPA de Bol­loré sur Lagardère, le plu­ral­isme externe s’amoindrit et le plu­ral­isme interne est men­acé. Les con­tenus de Cnews et C8 ont des objec­tifs idéologiques, on se demande si la chaîne CNEWS n’est pas en train de pass­er chaîne d’opinion et con­tribue à une forme d’extrême-droitisation du débat. Dans le doc­u­men­taire, on défend le droit d’informer et d’être infor­més, c’est le droit le plus fon­da­men­tal dans une démoc­ra­tie. On racon­te les pres­sions exer­cées et les effets dis­suasifs qui en découlent : certain·es jour­nal­istes vont renon­cer à enquêter, s’autocensurer quand ils ne sont pas cen­surés et d’autres vont con­tin­uer leur tra­vail mal­gré tout. 

Dans votre doc­u­men­taire, une séquence revient sur l’affaire entre Fakir et le groupe LVMH. Il y a une autre séquence mon­trant Le Point qui ne pub­lie aucun arti­cle allant à l’encontre des intérêts de Jérôme Cahuzac alors qu’il est mis en cause. Seuls les médias engagés et mil­i­tants dénoncent ?

Non pas du tout, un média n’est pas un bloc mono­lithique. Comme le mon­tre le doc­u­men­taire, Le Monde a pub­lié un papi­er de la jour­nal­iste Mau­reen Grisot con­cer­nant le mono­pole de Bol­loré sur le port d’Abidjan. Puis l’agence Havas a indiqué à ses mar­ques de ne plus annon­cer dans les pages du jour­nal, engen­drant une perte de 12 mil­lions d’euros sur deux ans pour Le Monde. Quelques mois plus tard, le jour­nal sort un long for­mat sur le rail en Afrique, une propo­si­tion de sujet de Mau­reen Grisot n’est pas été accep­tée. Mais ensuite, Le Monde sort de nom­breuses enquêtes sur le groupe et la famille Bol­loré donc ce n’est pas tout noir ou blanc. 

Dans l’affaire de Fakir et de Bernard Arnault, c’est à la fois très grave et grotesque. Grave, car Bernard Squarci­ni déploie des moyens pour infil­tr­er le jour­nal et grotesque puisque ces moyens sont dis­pro­por­tion­nés. Fakir est un jour­nal asso­ci­atif d’une dizaine de per­son­nes à Amiens. Ensuite dans cette affaire, il y a le traite­ment médi­a­tique : le Finan­cial Times en par­le pen­dant que Les Échos ne pub­lie aucun papi­er, le pro­prié­taire du jour­nal est Bernard Arnault…

En regar­dant ce doc­u­men­taire, une per­son­ne déjà méfi­ante des médias peut être con­fortée dans son idée que les médias sont vendus…

Non, je pense plutôt que c’est l’inverse. En lais­sant les choses se faire et en les cachant, ce sera pire. Ce serait comme dire que Medi­a­part sort des enquêtes sur des per­son­nal­ités poli­tiques et ain­si ali­mente le débat des « tous pour­ris ». C’est de notre ressort de mon­tr­er com­ment ça se passe. De cette manière, nous allons retiss­er des liens avec les lecteur·ices et ouvrir le dia­logue justement.

Une fois le con­stat posé, con­crète­ment, est-ce qu’il existe des pistes de solu­tion pour sor­tir de l’hyperconcentration et de l’autocensure ?

Des solu­tions, il y en a. Une ini­tia­tive comme le Fonds pour une presse libre en est une. Des entre­pris­es qui vivent de la com­mande publique ne devraient pas pos­séder de médias. Chaque média doit égale­ment respecter les con­ven­tions entre ce qui relève de l’information et de l’opinion. La Société des jour­nal­istes devrait être dotée d’un vrai statut juridique pro­tecteur. Par exem­ple, nous avions, par­fois, eu un mal fou à inter­view­er des jour­nal­istes qui pou­vaient témoign­er dans notre doc­u­men­taire. Ensuite, il faut que les comptes des action­naires soient ren­dus publics et créer un délit de traf­ic d’influence et de cen­sure dans la presse. Enfin, on pour­rait réformer l’attribution des aides publiques selon des critères légitimes. Ce n’est pas nor­mal qu’en 2019, 16 mil­lions d’euros d’aides publiques à la presse soient attribués au seul groupe de Bernard Arnault, au lieu d’aider des médias indépen­dants et émer­gents qui en auraient besoin. 

Il existe une mul­ti­tude de médias émer­gents qui peinent à exis­ter au milieu de tous ces grands titres. Quand on n’a pas de moyens, peut-on vrai­ment enquêter ?

Les médias émer­gents sont d’une grande vital­ité, mais lorsqu’on veut enquêter il faut des moyens. Je pense à Dis­closeje le cite, car je con­tribue aux enquêtes, qui a dû chercher des fonds, des mécènes pour que l’on mène notre tra­vail sereinement.

Cer­tains de ces médias émer­gents s’adressent à un pub­lic aver­ti et con­som­ma­teur de médias, n’est-ce pas un cer­cle vicieux ?

Je ne sais pas si c’est vrai­ment un pub­lic très aver­ti des médias. Au con­traire, ce sont des per­son­nes qui se détour­nent de l’information dite main­stream, cherchent autre chose et se tour­nent vers des médias émer­gents et indépen­dants. Même s’il y a une hyper­con­cen­tra­tion, ces médias foisonnent.

Vous pouvez réutiliser cet article

Tous nos contenus sont publiés sous licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 3.0 FR), ce qui signifie que vous êtes libre de les réutiliser et les adapter, à la condition de ne pas en avoir une utilisation commerciale, de citer le contenu original et d'ajouter un lien vers celui-ci.

À propos de Médianes

Médianes est un centre de ressources à but non lucratif dédié aux médias, à celles et ceux qui les fondent, et à celles et ceux qui les font. Nous proposons gratuitement des articles et des ressources dédiés aux médias, de la création à la gestion quotidienne. Nous accompagnons également, via notre studio, de nombreux médias en France et en Europe dans le développement de leurs projets.

Découvrir Médianes, le studio

À lire aussi

Créer l’adhésion

L’adhésion comme modèle éditorial et économique nécessite de convertir les lecteur·ices en véritables membres. The Bristol Cable mobilise son audience, Scalawag organise des évènements pour sa communauté, Zetland fait de ses adhérent·es des ambassadeur·ices du média....